Témoignage de Guy PAPION, grandes cultures, Loire-Atlantique (44)

Guy PAPION

Je travaille avec AGRO CONSEIL depuis 1981, tout juste sorti de l’école! Historiquement, sur l’exploitation, on travaillait déjà avec des analyses de sols, avec la coopérative. En même temps que les résultats, on nous vendait les engrais. Et puis on se posait des questions sur le maïs. Les conseils étaient plus pour du maïs ensilage, alors que nous, nous faisions beaucoup de maïs grain. On avait des conseils de fumure élevés en phosphore et faible en chaulage. On a changé pour travailler avec un négoce et il nous a fait connaître AGRO CONSEIL.

La 1ère année, j’ai fait une analyse et les années suivantes j’ai étendu la démarche à toute l’exploitation. Aujourd’hui l’exploitation est régulièrement suivie.

On a été surtout surpris au début car les conseils étaient totalement différents. Par exemple, les doses de chaulage conseillées n’étaient pas du tout les mêmes. Le conseil était beaucoup plus élevé. On avait des réactions du type « Non mais ne fait pas ça, tu vas tout bloquer! ». On a foncé et ça n’a pas bloqué ! Le discours était totalement différent des autres. Je me souviens d’une discussion où le conseiller m’expliquait que j’avais des potentiels tout à fait identiques à ceux de la Beauce. Peut-être pas sur toutes les parcelles, mais c’était quand même le cas de certaines. « Il faut qu’on vous aide à l’exprimer » m’avait-il dit.

Les pH étaient très faibles, il fallait chauler. A l époque pour se fournir en produit cru c’était difficile mais c’était nettement moins cher. Du coup à égalité de somme d’argent, on a diminué la fumure des autres éléments et augmenter le chaulage. Faire des impasses, on n’avait pas l’habitude. Et puis imaginez l’organisation, à l’époque avec un tout petit matériel, on en a fait des allers-retours pour appliquer le conseil de chaulage!

Sorti de l’école on nous avait mis dans la tête qu’il ne fallait surtout pas mettre trop de chaux parce qu’on risque des blocages, on ne connaissait que le pH eau… : cela faisait beaucoup de bouleversements par rapport à ce que j’avais appris. Mais avec une application progressive selon les conseils d’AGRO CONSEIL on a des résultats rapidement.

Une fois le pH remonté on s’aperçoit qu’en entretien on n’a plus beaucoup à apporter. Avec notre stratégie, nos rendements ont pu suivre l’évolution de la génétique, 115-120 quintaux en blé et surtout on a des protéines (moyenne de 12.4%). Comme quoi on peut faire du rendement et de la protéine ! Au milieu des années 80 on avait de l’élevage, ensuite on s’est plus orienté vers la grande culture. On a augmenté la surface en blé. On s’est penché sur la question de l’azote car on avait beaucoup de verse. A l’époque l’apport classique était en 2 fois. Quand on s’est mis à suivre le conseil Index-N® avec 3 apports, tout le monde nous prenait pour des fous et disait qu’on allait faire échauder le blé. On avait peut-être des blés d’un vert pâle par rapport aux autres mais au final ils devenaient beaux à épiaison. On a suivi les fractionnements conseillés.

Maintenant, nos parcelles de plus de 3 ha font l’objet d’un reliquat pour avoir le conseil azote.

Côté prélèvement, on accompagnait le préleveur et on voyait le protocole bien défini, avec le zonage. Ça ne se faisait nulle part ailleurs. En plus, pour le conseil, il y avait déjà à l’époque la prise en compte de l’historique de la parcelle, des différences de sol… Même si on savait les différences, qu’on les voyait à l’œil nu, et bien avec les conseils zonés ça devenait plus concret. On comprenait mieux les différences de rendement.

C’est vrai que c’était un investissement mais je ne le regrette pas. Tout est correct. On a mis 10 ans à tout mettre en état. Quand le pH a été remonté, ça a été ensuite la magnésie à équilibrer. pH et Mg étaient les problèmes initiaux chez nous.

Comme nos sols sont remis en état, on est moins dépendant des engrais minéraux sauf pour certains éléments ce qui fait qu’on est dépendant que du prix du marché de ces éléments. Quand les résultats d’analyse arrivent, on a moins de surprise, on sait qu’on n’a plus qu’à surveiller, on est moins stressé.

Maintenant que le sol est équilibré sur les éléments principaux, parfois on voit apparaître des zones à problème de manganèse dans les sols plus légers. On peut alors cibler nos actions sur le bon élément.

Tous les témoignages
Nous vous rappelons

Nous vous rappelons

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions. Laissez-nous vos coordonnées et nous vous rappelerons dans les plus brefs délais.